Nyiragongo/Mudjoga: une innovation dans le monde agricole,… Quid ?

Nyiragongo/Mudjoga: une innovation dans le monde agricole,… Quid ?

Du nouveau dans le monde agricole du territoire de Nyiragongo ! Dans cette entité située dans le village de Mudjoga, groupement Kibati, chefferie de Bukumu, territoire du Nyiragongo, province du Nord-Kivu dans la partie Est de la RDC, les agriculteurs ont conçu un modèle de championnat de football appliqué au monde agricole.

Il s’agit particulièrement des paysans agriculteurs, réunis au sein de l’action pour le développement et la conservation de la biodiversité “ADECOB” en sigle.

Ceux-ci ont mis en place un système de compétition dite << match agricole >>, qui consiste à ce que les agriculteurs fassent des démonstrations dans l’application de certaines pratiques culturales, gages d’une production exponentielle des récoltes de leurs champs.

De quoi s’agit-il exactement ?

L’exercice en soi, s’inspire du football. Il met en lice, les agriculteurs autour de l’application de telle ou telle autre technique agricole. Ils sont côtés par le comité du jury, supervisés par le président de l’organisation, qui joue le rôle de l’arbitre, d’un autre agriculteur qui agit comme juge des touches, d’un autre grand agriculteur qui les guide, les oriente et les entraîne qu’ils appellent coach; et enfin ils sont assistés par d’autres agriculteurs et paysans curieux du village: les spectateurs, tout comme lors d’un match de football dans un stade.

Avant le match, les règles de jeu sont définies par le jury et notifiées aux athlètes. Et lors du match à proprement parler, le président et le juge des touches, sont là pour veuiller au respect des règles préétablies. Ils sont également là pour sanctionner à l’aide d’un carton rouge ou jaune, quiconque des athlètes tente de violer les ègles.

Pour le cas d’espèce en date du vendredi 15 Juillet 2022, la compétition a réuni 6 athlètes dont 2 hommes et 4 femmes et a porté sur la lutte phytosanitaire dans un champ de la pomme de terre. Lors du match, il était question pour les joueurs, de pulvériser du produit phytosanitaire sur les plantes.

Durant 90 minutes, le jury s’est focalisé sur les points suivants :

1. Le choix des produits phytosanitaires à utiliser selon le contexte de la sécheresse, le stade de vie de la plante et du matériel à utiliser ;

2. Le port du matériel (gants, masques, lunettes,… de protection);

3. Leur usage : le dosage du produit, le montage, le port, la manipulation (cas du pulvérisateur);

4. Le nombre de litres de solution qu’un joueur a su asperger sur les plantes;

5. Le respect des organes visés sur la plante, lors de l’aspersion du produit ;

6. L’attention de l’athlète à ne pas piétiner et/ou mutiler les plantes et certains de ses organes ;

7. Le temps record que fait le joueur à épuiser 120 litres de solution mise à sa disposition durant les 90 minutes incluses.

Comment était organisée la compétition ?

La compétition du vendredi était en deux gos:

A. La petite finale : celle-ci s’est jouée en 3 épisodes : le premier épisode a mis au prise, une jeune fille et une femme, deux gagnantes des quarts de finale dans leurs entités agricoles ayant pris dès le début, au championnat.

Le deuxième a opposé encore deux autres gagnantes jeune fille et femme, ayant remporté le match lors des précédentes séances des quarts de finale;

Et le troisième a mis en confrontation, un jeune homme et un homme adulte. À l’issue de ce premier épisode, trois victorieux ont été proclamés à la première place chacun, tandis que les trois autres ont automatiquement été présentés deuxièmes chacun de son groupe.

B. La grande finale : celle-ci a cette fois-ci mise au prise, tous les 6 athlètes de façon simultanée. 20 litres de solution ont été mis à leur disposition.

À l’issue du match, les gagnants ont été rangés de manière ci-dessous de par les critères du jury :

1. Sadiki BAKAMBWE (homme) champion de la compétition ;
2. Morogoro NDAMWIRA (jeune homme) deuxième de la compétition ;
3. Ndukuru NDAMWIRA (femme) troisième de la compétition ;
4. Sifa NDABUNDU (jeune femme);
5. Furaha NDAKAVURO (jeune femme);
6. Baziga SEBURAKEYE (femme).

Pourquoi l’organisation de cette compétition ?

<< Cette compétition que nous organisons aujourd’hui, vise à valoriser l’agriculture et l’agriculteur. Elle vise à amener l’agriculteur à devenir fier de ce qu’il est et de son métier, en vue d’en faire un pur moyen d’auto-dépendance, d’auto-prise en charge…>>, a expliqué le président de l’ADECOB, Monsieur Gaston AMANI.

La compétition a pris en compte, l’approche genre et l’intégration de la jeunesse dans les initiatives d’opérationnalisation de l’agriculture, perçue aujourd’hui comme une activité génératrice des revenus en tant que telle.

C’est d’ailleurs en vertu de cette nouvelle approche, celle de rendre l’agriculture plus économique que subsidiaire; que << l’ADECOB est en train de se muer en une coopérative agricole…>>, a révélé Gaston AMANI, son répondant.

John TSONGO et Jean-Baptiste MUSABYIMANA

Partager

À propos de l’auteur

Pana radio administrator

Nous sommes les TCR (Techniciens Chargés de Reportage) d’Afrique Francophone certifiés par rfi pour la bourse Claude VERLON et Ghislaine DUPONT 2020-2021 (8e édition).

Laisser un commentaire